"Invisible à l'œil mais cependant réel"

 

         

Par une nuit claire, le regard porté vers la pleine lune, même aidé d'un puissant télescope, toujours la même vision, toujours les même "traits". Rien de très intéressant, une sorte de gros caillou orbitant la Terre.

Mais, curieusement, dans un monde sans aucune atmosphère, les astronautes au retour de leur marche lunaire se retrouvent couverts d'une couche de très fine poussière.

Le curieux est aujourd'hui expliqué (1).

Tout commence par le champ magnétique de la Terre, invisible à l'œil mais cependant réel, qui sous la pression du vent solaire, invisible à l'œil mais cependant réel, forme comme une immense goutte cosmique, invisible à l'œil mais cependant réelle, qui s'étend bien au-delà de l'orbite de la lune.

Ainsi donc une fois par mois la lune traverse le champ magnétique terrestre; une traversée, invisible à l'œil mais cependant réelle, qui dure 6 jours et commence 3 jours avant la pleine lune.

La lune est alors frappée par des vagues d'un plasma d'électrons, invisibles à l'œil mais cependant réelles, qui chargent négativement sa surface éclairée, charge relativement bien équilibrée par l'action du rayonnement ultraviolet, invisible à l'œil mais cependant réel, émanant du soleil.

Mais de l'autre coté de la lune la charge s'accumule jusqu'à atteindre quelques centaines de milliers de volts et la dynamique des charges magnétiques soulèvent et déplacent des masses considérables de particules de poussière lunaire.

 

L'intensité de ces puissants déplacements est fonction de celles des tempêtes solaires et des tempêtes géomagnétiques, invisibles à l'œil mais cependant réelles.

De telles découvertes nous invitent à prendre conscience que le réel ne se limite pas à ce que l'œil biologique perçoit de la réalité et que les "octaves de mondes" que décrivent les cultures et traditions spirituelles de l'humanité sont peut-être beaucoup plus réelles que fantaisistes.

(1) http://science.nasa.gov/headlines/y2008/17apr_magnetotail.htm

 

-Denis Bricnet


 

02 mai 2008

IMPRIMER Nouvelle de science

Nouvelle à la Une

© Nouvelle Acropole Canada